Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 10:17

La faible dose ne se quantifie pas. Celle-ci peut intervenir au niveau du microgramme, du gramme, selon la substance, la molécule… La faible dose, c'est la dose en dessous de laquelle les effets ne sont pas observables. Mais si avec les outils actuels, (observation clinique expérimentation animale, observation dans la nature, expérimentations sur cellules…) on n'observe rien, cela signifie-t-il qu'il ne se passe rien ? L'industrie utilise généralement ce seuil (NOAEL pour "no observable adverse effects level" = la "dose en dessous de laquelle il n'y a pas d'effet observable") pour assurer l'innocuité d'un produit. La toxicologie prédictive cherche au contraire à déduire les risques à faible dose. Depuis une quinzaine d'années de nouvelles méthodes sont développées "pour essayer d'y voir plus clair, trouver les mécanismes pour ne plus être en aveugle", explique Philippe Hubert, directeur des risques chroniques à l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris).

Partager cet article

Repost0

commentaires